Bronchiolite, urgences et kinésithérapie :

Bronchiolite, urgences et kinésithérapie :

Une situation épidémique inquiétante :

Comme chaque année, la bronchiolite, pathologie touchant environ 30% des enfants de moins de deux ans, revient en ARA. Santé Publique France a placé la région en situation « épidémique » dans son bulletin épidémiologique du 20 octobre 2021.  Un manque d’immunité des enfants nés après mars 2020 dû à la COVID-19 ainsi que l’arrivée précoce de la bronchiolite alertent les professionnels de santé quant à la virulence de l’épidémie de bronchiolite à venir.

L’URPS MK ARA souhaite anticiper cette épidémie en diffusant les bonnes pratiques mais également en réaffirmant l’importance des réseaux de garde respiratoire.

Rôle du MK dans la prise en charge de la bronchiolite :

Les recommandations de la HAS de 2019 laissent à penser que la kinésithérapie n’est pas recommandée.

Cependant le masseur-kinésithérapeute a un rôle clé dans la prise en charge du nourrisson en réalisant :

  • Un bilan permettant d’évaluer et de surveiller l’état du nourrisson
  • Une désobstruction nasopharyngée selon les besoins de l’enfant
  • Une éducation auprès des parents en leur apprenant les bons gestes d’hygiène, de mouchage et en les rassurant

La prise en charge kinésithérapique est un des recours permettant d’éviter l’engorgement des urgences et des cabinets de médecins libéraux.

Des outils à destination des parents :

Afin de vous aider dans l’accompagnement des parents, l’URPS MK ARA met à votre disposition :

Une affiche simple interpelant les parents afin qu’ils puissent identifier le kiné comme professionnel ressource au cas d’enfant malade

Un livret à destination des parents reprenant  entre autres les gestes d’hygiène ou le mouchage de bébé

Découvrez le Communiqué de Presse Inter-URPS
Menu