COVID-19 – Point de situation au 30 Novembre 2021

COVID-19 – Point de situation au 30 Novembre 2021

30 Novembre 2021

Dose de rappel du vaccin contre la Covid-19

Point épidémiologique en S46 :

Une nouvelle fois le nombre de cas atteints de Covid-19 augmente au sein de la région : l’incidence est de 218/100 000 soit une hausse de 66% en 6 semaines. Nous pouvons relever une augmentation du nombre de nouvelles hospitalisations de 51% et une augmentation des admissions en soins critiques de 17% (cf point épidémiologique Santé Publique France).

Rappel du vaccin contre la Covid-19 et pass sanitaire :

Une nouvelle fois le nombre de cas atteints de Covid-19 augmente au sein de la région : l’incidence est de 218/100 000 soit une hausse de 66% en 6 semaines. Nous pouvons relever une augmentation du nombre de nouvelles hospitalisations de 51% et une augmentation des admissions en soins critiques de 17% (cf point épidémiologique Santé Publique France).

Quelques exemples (Ameli.fr) :

  • j’ai 78 ans, j’ai fait ma 2e injection de vaccin Pfizer le 26 mai : je dois faire mon rappel à partir du 26 octobre sinon mon pass sanitaire se désactivera le 26 décembre ;
  • j’ai 29 ans, j’ai fait ma seconde injection le 16 juillet : je dois faire mon rappel à partir du 16 décembre sinon mos pass sanitaire se désactivera le 16 février;
  • j’ai eu ma dose de vaccin  le 10 août : je dois faire mon rappel à partir du 10 septembre sinon mon passe sanitaire se désactivera dès le 15 décembre;

13 août 2021

Précisions ARS Auvergne Rhône-Alpes – Obligation vaccinale des soignants

Suite à de nouvelles informations transmises par l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes ce vendredi 13 août 2021, l’URPS MK ARA vous apporte quelques compléments concernant l’obligation vaccinale des soignants :

Le masseur-kinésithérapeute titulaire est garant de l’obligation vaccinale de son remplaçant.

L’Assurance Maladie adressera prochainement, pour le compte de l’ARS AURA, un courrier aux masseurs-kinésithérapeutes libéraux conventionnés n’ayant pas encore enclenché leur schéma vaccinal. Il s’agira de rappeler l’obligation légale de vaccination et les conséquences liées à son non-respect.

Les masseurs-kinésithérapeutes non-conventionnés n’ayant pas enclenché leur schéma vaccinal, seront quant à eux, directement informés par courrier de l’ARS.

Tout prestataire ou salarié intervenant régulièrement au cabinet du kinésithérapeute est soumis à l’obligation vaccinale. Sont notamment concernés les prestataires de service qui réalisent le ménage régulièrement.

Pour l’instant, l’envoi de pièces justificatives à l’ARS relatives à son statut vaccinal n’est pas requis. Il appartient néanmoins à chaque professionnel concerné par l’obligation vaccinale, d’être en capacité de présenter les pièces nécessaires en cas de contrôle.

10 août 2021

Obligation vaccinale – Ce que dit la Loi du 5 août 2021

  • A compter du 7 août 2021 et jusqu’au 14 septembre 2021 inclus :

  Ne pourront plus exercer leur activité les kinésithérapeutes qui ne sont pas en possession :

  • d’un certificat de statut vaccinal ;
  • ou d’un certificat de rétablissement suivi avant la fin de sa date de validité d’un certificat de statut vaccinal ;
  • ou d’un certificat médical de contre-indication ;
  • ou d’un justificatif de l’administration des doses de vaccins requises ;
  • ou du résultat, pour sa durée de validité, de l’examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par le Covid-19.
  • A compter du 15 septembre 2021

  Ne pourront plus exercer leur activité les kinésithérapeutes qui ne sont pas en possession :

  • d’un certificat de statut vaccinal ;
  • ou d’un certificat de rétablissement suivi avant la fin de sa date de validité d’un certificat de statut vaccinal ;
  • ou d’un certificat médical de contre-indication ;
  • ou d’un justificatif de l’administration des doses de vaccins requises.

Ces mesures s’appliquent aux personnes travaillant dans les mêmes locaux que les professionnels de santé soumis à cette obligation (sauf exécution de tâches ponctuelles), ainsi qu’aux étudiants des IFMK.

Les masseurs-kinésithérapeutes libéraux ne détenant pas de certificat de statut vaccinal devront alors adresser à l’ARS compétente leur certificat de rétablissement ou le certificat médical de contre-indication (pour toute information, se rapprocher de l’ARS Auvergne Rhône-Alpes : 04 72 34 74 00)
Si vous êtes kinésithérapeute employeur, vous êtes en charge de vous assurer de l’obligation vaccinale du personnel salarié : Si celui-ci ne respecte pas son obligation vaccinale, il sera informé de son interdiction d’exercer et de la suspension de son contrat ( si non-possibilité d’utiliser des jours de congés conventionnels) et ce jusqu’à régularisation de sa situation.
.
N’hésitez pas à prendre connaissance de l’intégralité de la Loi du 05 août relative à la gestion de la crise sanitaire : https://www.legifrance.gouv.fr
OU
Consulter l’article dédié du Conseil National de l’Ordre :  https://www.ordremk.fr

Pour rappel, au 10.08.21, le passe sanitaire ne s’applique pas aux patients pris en charge par les kinésithérapeutes libéraux, en cabinet ou à domicile

Passe sanitaire – Les kinés autorisés à superviser les opérations de dépistage par autotests

Les masseurs-kinésithérapeutes sont habilités, avec les médecins, pharmaciens, sages-femmes, chirurgiens-dentistes, à superviser les opérations de dépistage par autotests à grande échelle hors cabinet. Pour information, ces opérations doivent faire l’objet d’une déclaration auprès de l’ARS.

Ces autotests sont destinés aux seules personnes asymptomatiques et non cas-contact, souhaitant accéder aux activités soumises au pass sanitaire «activité ».

La supervision par un kinésithérapeute libéral d’un lieu de réalisation d’autotests, dans le cadre d’une opération de dépistage est valorisée comme suit :

  • Du lundi au samedi matin : 160 euros par demi-journée d’activité d’une durée minimale de quatre heures
  • Samedi après-midi, dimanche et jours fériés : 180 euros par demi-journée d’activité
  • En cas d’intervention inférieure à quatre heures : forfait de 40 euros par heure ou 45 euros le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés

Pour les masseurs-kinésithérapeutes retraités : 20 euros par heure entre 8 heures et 20 heures, 32 euros par heure entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures, et 40 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que le dimanche et les jours fériés.

Télécharger le guide “Kit de formation – Barnum d’autotests sous la supervision des professionnels ” v08.08.21 : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/ats_kit__de_formation_vf.pdf

Consulter le message de la DGS du 09 août 2021 relatif au déploiement des  autotests : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgs-urgent_79_evolution_de_la_strategie_de_depistage.pdf

29 Juillet 2021

Cas-contact : Évolutions liées à la définition et isolement – Information DGS 27 juillet 2021

En lien avec le déploiement de la vaccination, l’efficacité de celle-ci et son effet sur la transmission du SARS-Cov2, les définitions des personnes contact évoluent, conformément à l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique.

Kinésithérapeute, vous êtes cas-contact ?  à compter du 27 juillet, sont considérées comme :

  • Personnes contact à risque élevé, toute personne n’ayant pas reçu un schéma complet de primo-vaccination OU ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination de moins de 7 jours (4 semaines si vaccin Janssen) OU atteinte d’une immunodépression grave. Pour ces personnes, les mesures sont les suivantes :
    • Respecter une quarantaine ; 
    • Réaliser un test immédiat et à J7 du dernier contact avec le cas (J17 si la personne contact ne peut pas s’isoler strictement du cas au sein du domicile) ; 
    • Informer leurs contacts (contact-warning).
  • Personnes contact à risque modéré, toute personne sans immunodépression grave ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination depuis au moins 7 jours (4 semaines si vaccin Janssen). Ces personnes :
    • Ne sont pas tenues de respecter la quarantaine ; 
    • Doivent réaliser un test immédiat et un test à J7 du dernier contact avec le cas (J17 si la personne contact ne peut pas s’isoler strictement du cas au sein du domicile) ;
    • Doivent porter un masque dans l’espace public, informer leurs contacts et limiter leurs interactions sociales.

Point épidémiologique Covid-19 en AURA au 22 juillet 2021

Pour rappel, Santé Publique France publie de façon hebdomadaire, un point épidémiologique relatif à l’évolution de l’épidémie Covid, et ce à l’échelon national et régional.

Les dernières données en région Auvergne-Rhône-Alpes en date du 22 juillet font état :

  • d’une augmentation de la circulation virale et de la forte diffusion du variant delta
  • d’une augmentation associée du taux d’incidence de 181% correspondant en semaine 28à 73 cas pour 100 000 habitants
  • d’une augmentation de 13% du nombre de nouvelles hospitalisations bien que la pression hospitalière reste encore faible
  • d’une progression de la couverture vaccinale : au 21.07.21, 57% de la population en AURA a reçu au moins 1 dose de vaccin, et 48% de la population a reçu le schéma vaccinal complet

Au regard de la baisse de vigilance observée sur l’adoption des mesures de protection durant la période estivale, il appartient à tout professionnel de santé, dont les masseurs-kinésithérapeutes libéraux, de maintenir un protocole d’hygiène renforcé lors des soins et d’encourager les patients à appliquer les gestes barrières.

N’hésitez pas à consulter régulièrement les communiqués de Santé Publique France, disponibles sur leur site Internet : https://www.santepubliquefrance.fr/

13 Juillet 2021

Vaccination obligatoire pour l’ensemble des professionnels de santé au 15 septembre 2021

Parmi les mesures annoncées par le Président de la République ce lundi 12 juillet visant à lutter contre l’épidémie de Covid-19 : la vaccination obligatoire pour tous les soignants dont les masseurs-kinésithérapeutes libéraux. La mesure est applicable immédiatement, néanmoins, les professionnels n’étant pas encore vaccinés, ont jusqu’au 15 septembre pour attester d’un schéma vaccinal complet.

Pour accéder aux coordonnées des centres de vaccination présents sur votre territoire, n’hésitez pas à consulter notre article relatif au déploiement de la campagne vaccinale en Auvergne Rhône-Alpes : https://urps-mk-ara.org/campagne-vaccinale-contre-le-covid-19-en-aura/

Les étudiants kinés ayant validé leur deuxième année peuvent désormais vacciner

La liste des professions et étudiants en santé habilités à vacciner contre la Covid-19 s’élargit de nouveau : un arrêté datant du 7 juillet dernier autorise désormais les étudiants en masso-kinésithérapeutes à procéder aux injections contre la Covid-19 en centres de vaccination, et ce en présence d’un médecin ou d’un infirmier.

A l’instar des kinésithérapeutes en exercice, il leur faudra suivre au préalable une formation spécifique dispensée et attestée par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins.

  • L’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique propose un module théorique gratuit à l’attention des kinésithérapeutes qui souhaiteraient se former. Ce module est à compléter par une partie pratique à réaliser auprès d’un professionnel de santé formé au geste vaccinal. Plus d’informations sur la formation EHESP ici : https://urps-mk-ara.org/vaccination-covid-19-informations-pratiques-kines/

Parmi les autres mesures actées au sein de cet arrêté, la proposition d’accompagner toute première injection, pour les personnes n’ayant pas été dépistées comme positives dans l’année précédant l’injection, d’un test rapide d’orientation diagnostique afin d’éviter l’administration d’une seconde dose de vaccin qui ne serait pas utile.

Pour lire l’intégralité de l’Arrêté du 7 juillet 2021 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire : cliquez ici

Nouvelles recommandations de la Haute Autorité de Santé face à l’émergence du variant delta

Au regard de l’efficacité prouvée des vaccins à ARNm sur la prévention des formes graves du Covid-19, liés notamment au variant delta, la HAS recommande dans un communiqué en date du 9 juillet :

  • La réduction de l’intervalle entre deux doses de vaccin au délai minimal et ce, afin de vacciner de manière complète plus rapidement
  • Pour les personnes démarrant la vaccination, l’utilisation des vaccins Pfizer ou Moderna avec un délai entre les deux injections de 3 à 4 semaines
  • L’utilisation d’un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna) pour les personnes de plus de 55 ans ayant reçu une première dose de vaccin Vaxzevria®, et ce 4 semaines après la première injection.

14 Mai 2021

Nouveau décret : les kinésithérapeutes intègrent la liste des professionnels de santé autorisés à vacciner

Afin de répondre aux besoins engendrés par l’accélération de la campagne vaccinale et l’ouverture de celle-ci, depuis le 12 mai, à tout adulte volontaire, le Gouvernement entérine par décret l’élargissement des professions autorisées à vacciner.

Les masseurs-kinésithérapeutes intègrent donc la liste des professionnels pouvant procédé à l’injection des vaccins contre la Covid-19, sous condition de formation par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins.

En centres de vaccination, ils pourront renforcer les équipes de professionnels mobilisées depuis le début d’année.

Extrait du décret 2021-575 du 11 mai 2021 relatif aux mesures générales pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire

«  Considérant qu’en raison de l’accélération de la campagne de vaccination, il convient [..], de permettre aux étudiants de troisième cycle en médecine et en pharmacie d’administrer les vaccins dans les centres de vaccination ou sur leurs lieux de stage, de compléter la liste des professionnels et détenteurs de formation pouvant procéder à l’injection des vaccins en y ajoutant les masseurs-kinésithérapeutes, les aides-soignants, les auxiliaires de puériculture, les ambulanciers, les détenteurs d’une formation de secourisme PSE2 ainsi que les étudiants en premier cycle de maïeutique »

L’URPS se renseigne actuellement sur les modalités de formation accessibles aux kinésithérapeutes qui souhaiteraient prendre part à la campagne vaccinale. Nous ne manquerons pas de communiquer sur ce site toute information utile à votre mobilisation.

02 Avril 2021

Couvre-feu : justificatifs après 19h

Le Président de la République annonçait ce mercredi 31 mars le retour d’un couvre-feu national, applicable désormais de 19 heures à 6 heures du matin.

En tant que kinésithérapeute :

Munissez-vous pour l’ensemble de vos déplacements professionnels de votre carte professionnelle, à présenter en cas de contrôle. 

S’agissant de vos patients :

De 6h à 19h : seul un justificatif de domicile pourra être présenté en cas de contrôle pour les déplacements liés aux soins nécessitant un déplacement inférieur à 10km. Si le cabinet de kinésithérapie est situé au-delà de ce rayon, le patient devra télécharger une attestation dérogatoire disponible ici : https://media.interieur.gouv.fr/attestation-deplacement-derogatoire-covid-19/

De 19h à 6h : tout déplacement lié aux soins, quelle que soit la distance devra être justifiée par une attestation dérogatoire : https://media.interieur.gouv.fr/attestation-deplacement-derogatoire-covid-19/

Point sur la stratégie vaccinale contre la Covid-19

Pour rappel, la vaccination au 02 avril est ouverte à l’ensemble des professionnels de santé dont les kinésithérapeutes, tous âges confondus et sans condition de pathologies :

Pour les professionnels âgés de 18 à 55 ans : 

Pfizer-BioNTech ou Moderna : En centre de vaccination

Pour les professionnels âgés de 55 ans et plus : 

Pfizer-BioNTech ou Moderna – En centre de vaccination 
Ou AstraZeneca – En centre de vaccination OU chez votre médecin traitant OU en pharmacie 

Quant à vos patients, ils sont éligibles à la vaccination si :

  • ils sont âgés de plus de 70 ans 
  • et/ou, âgés de plus de 18 ans, ils présentent un risque de forme grave de Covid-19 ou une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19

18 Février 2021

Courrier de la Direction Générale de la Santé du 16 février 2021

Dans un courrier adressé à l’ensemble des professionnels ce 16 février 2021, la Direction Générale de la Santé précise la stratégie de réponse visant à faire face aux tensions générées sur le système de soin par la progression actuelle de l’épidémie et l’émergence de nouveaux variants.

1/ Le recours au télésoin pour les kinésithérapeutes reste recommandé, si la nature de la prise en charge le permet
2/ Le Haut Conseil de la Santé Publique recommande que les mesures d’isolement relatives aux établissements de santé soient également appliquées aux secteurs de ville et du domicile :
Professionnel de santé contaminé

Isolement de 7 jours après la RT-PCR et le respect des mesures barrières renforcées pendant les 7 jours suivants

Professionnel cas-contact

Le HCSP recommande que l’isolement ne soit pas systématique SAUF : 

  • Si le professionnel devient symptomatique ;
  • En cas de doute sur la possibilité du soignant à respecter les mesures barrières permettant d’éviter la contamination des patients ou des autres professionnels de l’établissement : le soignant contact doit être mis en éviction dans les mêmes conditions que les contacts en population générale

Le professionnel contact à risque asymptomatique maintenant son activité devra :  

  • Pratiquer une auto-surveillance de ses symptômes
  • Réaliser un prélèvement nasopharyngé à la recherche du SARS-CoV-2. Dans l’attente du résultat, il doit être mis en éviction, sauf situation exceptionnelle ; 
  • Pour les professionnels contacts des personnes non porteuses d’une variante 20H/501Y.V2 ou 20J/501Y.V3 : Réaliser un prélèvement nasopharyngé systématique entre J5 et J7 du dernier contact même si vous êtes asymptomatiques
  • Pour les professionnels contacts à risque de personnes porteuses d’une variante 20H/501Y.V2 ou 20J/501Y.V3 :  un test PCR doit être réalisé dès J0 (dès son identification).En cas de résultat positif, le criblage par une RT-PCR de seconde intention est réalisé. 
Conditions cumulatives relatives à la levée de l’isolement :
  • Au plus tôt au 8ème jour à partir du début des symptômes ou de la date du test positif pour les personnels asymptomatiques ; pour les personnels à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 et pour les personnes infectées par les variantes d’intérêt 20H/501Y.V2 (dite « sud-africaine ») et 20J/501Y.V3 (dite « brésilienne »), cette durée est portée à 10 jours 
  • ET à l’issue d’une période d’apyrexie d’au moins 48 heures (température rectale inférieure à 37,8°C mesurée avec un thermomètre, deux fois par jour, et en l’absence de toute prise d’antipyrétique depuis au moins 12 heures) ; 
  • ET au moins 48 heures après la disparition d’une éventuelle dyspnée (fréquence respiratoire inférieure à 22/mn au repos) 

Lire le courrier de la DGS 16 février 2021 : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dgs_urgent_17_3eme_vague_et_hcsp-rh.pdf

09 Février 2021

RT-PCR de criblage pour tous les patients dont le test antigénique est positif

La Direction Générale de la Santé, demande dès le 7 février 2021, à tous les professionnels habilités à réaliser des tests antigéniques, d’orienter leurs patients positifs vers un second prélèvement RT-PCR.

Ce second test de criblage de seconde intention a pour objectif de vérifier si la contamination est due à une variante d’intérêt (20I/501Y.V1, 20H/501Y.V2 et 20J/501Y.V3 ayant respectivement émergé en Angleterre, en Afrique du Sud et au Brésil) et d’en suivre ainsi la circulation. « Lorsque ce second prélèvement peut être réalisé dans le même temps, celui-ci doit être privilégié, dans le cadre d’un conventionnement entre acteurs »

Pour rappel, il est recommandé aux kinésithérapeutes réalisant des tests antigéniques d’orienter vers un prélèvement RT-PCR toute personne revenant de voyage ou ayant été en lien avec un personnes ayant voyagé récemment.

Vaccination anti-Covid ouverte à l’ensemble des professionnels de santé de moins de 65 ans

Suite à son autorisation de mise sur le marché par l’Agence Européenne du Médicament le 27 janvier dernier, le vaccin AstraZeneca a reçu un avis favorable de la Haute Autorité de Santé et est désormais distribué en France.

Les premières doses, en cours de livraison et réception sur les territoires, sont réservées à l’ensemble des professionnels de santé moins de 65 ans, dont les kinésithérapeutes libéraux, sans condition de pathologie. Pour permettre de répondre au mieux à la demande, les centres de vaccination dont ceux de la région AuRA, ouvrent progressivement de nouveaux créneaux dédiés exclusivement aux professionnels de santé.

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre centre de vaccination pour connaître les modalités de prise de RDV : https://www.sante.fr/cf/centres-vaccination-covid.html

Kinés, il est encore temps de vous former aux tests antigéniques !

Les sessions organisées par l’URPS en Décembre 2020 ont permis à plus de 400 kinésithérapeutes de la région AuRA de se former à la réalisation de tests antigéniques.

Pour ceux qui souhaiteraient obtenir l’habilitation, Biologie E-learning vous propose une formation intégralement en distanciel, certifiée par la Société Française de Microbiologie, comprenant une phase théorique et une phase pratique sanctionnées par la remise d’un certificat d’habilitation.

Les frais de formation sont intégralement pris en charge par la Région. Pour vous inscrire, c’est par ici : https://forms.gle/5Y5Y6uPqsxgsYkHK9

19 Janvier 2021

Nouvelles variantes du Sars-Cov-2 : adapter son protocole en tant que kinésithérapeute testeur

La détection de nouvelles variantes du Sars-Cov-2 sur le territoire français impose une adaptation des protocoles durant la réalisation de tests antigéniques par l’ensemble des professions habilités à les réaliser, dont les kinésithérapeutes libéraux. 

Il vous est désormais demandé :

  • De questionner systématiquement tout patient venant se faire tester sur un potentiel séjour à l’étranger dans les 14 jours précédant la date des symptômes ou du prélèvement.
  • Ou de l’interroger sur un potentiel contact avec une personne ayant séjourné à l’étranger dans les 14 derniers jours

En cas de réponse positive : 

  • Obligation pour le kinésithérapeute de le mentionner dans le SIDEP
  • Orientation du patient vers un test RT-PCR

Lire le courrier de la Direction Générale de la Santé : https://solidarites-sante.gouv.fr/professionnels/article/dgs-urgent?var_mode=calcul

Couvre-feu généralisé : Maintien des consultations après 18h

L’ensemble du territoire national est désormais concerné par l’instauration du couvre-feu à 18h et ce, a minima jusqu’au 30 janvier. Les kinésithérapeutes , au même titre que l’ensemble des professionnels de santé, bénéficient d’une dérogation afin de poursuivre leurs consultations au-delà de 18h. 

  • La seule carte professionnelle CPS est à présenter en cas de contrôle lors de déplacements consultation-consultation ou consultation-domicile personnel.

14 Janvier 2021

Dès le 18 janvier, ouverture de la vaccination à vos patients de plus de 75 ans

Vos patients âgés de plus de 75 ans pourront, dès ce lundi 18 janvier, se faire vacciner contre la Covid-19

Ce ne sont pas moins de 80 centres de vaccination qui seront déployés sur l’ensemble du territoire Auvergne Rhône-Alpes, afin de permettre l’accueil des publics ciblés ou prochainement ciblés par l’élargissement progressif de la campagne vaccinal.

Pour aider vos patients concernés à identifier le centre de vaccination le plus proche, rendez-vous sur la page : https://www.sante.fr/

07 janvier 2021

Accélération de la campagne de vaccination : ouverture dès début Janvier de centres de vaccination dédiés aux professionnels de santé libéraux

L’Agence Régionale de Santé, conformément aux directives nationales, fait évoluer le calendrier vaccinal et annonce l’ouverture de la vaccination dès Début Janvier à l’ensemble des professionnels de santé de plus de 50 ans et/ou porteurs d’un facteurs risques, susceptibles de développer une forme grave de Covid-19.

Afin de consulter la liste des centres de vaccination dédiés aux professionnels de santé, veuillez consulter notre article dédié :

06 janvier 2021

La campagne de vaccination a débuté le 28 décembre en région AuRA

L’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes a communiqué sur le déploiement de la stratégie vaccinale dans notre région. Pour ce qui concerne les professionnels de santé, s’ils exercent en EHPAD et sont susceptibles de développer une forme grave, ils sont invités à se faire vacciner dès la phase 1. Pour rappel, elle est non-obligatoire et gratuite. 

  1. Phase 1 : En Auvergne Rhône-Alpes, elle a débuté dès le 28 décembre avec les premières vaccinations au sein de l’Unité de soins de longue durée de l’hôpital Pierre Garraud à Lyon et se déploiera pleinement à partir le 4 janvier 2021. La durée prévisionnelle de cette première phase est de 6 à 8 semaines. Sont concernés par cette première phase les personnes âgées en EHPAD et Unités de Soins de Longue Durée (USLD), ainsi que les personnels (dont professionnels de santé) travaillant au sein de ces structures et susceptibles de développer une forme grave.
  2. Phase 2 : Dès février 2021, la vaccination s’élargira, en fonction des autorisations de mise sur le marché et livraison des vaccins, aux personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile puis les personnes âgées de 65 ans atteints de pathologie puis les professionnels de santé âgés de 50 ans.
  3. Phase 3 : Dès le 3ème trimestre 2021, élargissement aux autres tranches de la population.

Il n’est pas nécessaire de faire un test de dépistage avant la vaccination. La vaccination est réalisée par un médecin ou un infirmier/infirmière supervisé(e) par un médecin.

Pour information, des campagnes de vaccination à l’attention des professionnels de santé sont en cours de mise en place sur certains territoires. N’hésitez pas à vous rapprocher des référents de votre CPTS (Communauté Professionnelle Territoriale de Santé)  afin d’en savoir plus quant à l’organisation prévue sur votre territoire.

Tests antigéniques : Rappel des tests VivaDiag, Référencement sur le site Santé.fr , cotations…

Au travers d’un courrier adressé ce 30 décembre, la Direction Générale de la Santé informe l’ensemble des professionnels de santé habilités à réaliser des tests antigéniques de la décision de l’ANSM de suspendre « la mise sur le marché, la distribution, la publicité, et l’utilisation des dispositifs dénommés VIVADIAG Test rapid SARS Cov 2 Ag. »

Les kinésithérapeutes ayant utilisé ces tests sont donc invités à prendre contact avec l’officine les ayant approvisionnés afin de procéder au retour de ces dispositifs.

Les campagnes de dépistage massif menées en Décembre 2020 ont entraîné en fin d’année une multiplication par 7 du nombre de tests antigéniques réalisés en région AuRA. L’effort de dépistage, s’inscrivant dans la stratégie « Tester, Alerter, Protéger » se poursuit. 

Afin d’améliorer la visibilité de l’offre de dépistage auprès de la population générale, les professionnels habilités à tester sont invités à se faire référencer sur le site DepistageCovid|Santé.fr : https://sante.fr/recherche/trouver/DepistageCovid

L’Assurance Maladie a également mis en ligne un article détaillant les modalités de rémunération des tests antigéniques réalisés par les kinésithérapeutes. 

  • lorsque le test est réalisé au cabinet médical : AMK 12,2 ;
  • lorsque le test est réalisé au domicile du patient : AMK 14 (ou AMK 12,2) pour 3 patients ou plus, dès le premier prélèvement ;
  • lorsque le test est réalisé dans le cadre d’un dépistage collectif en établissement ou service social ou médico-social (ESMS) ou centre spécialisé Covid-19 : AMK 8,9.

Enfin une nouvelle fiche pratique sur les tests antigéniques rapides a été éditée le 23 décembre dernier par l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes. Elle fait le point sur les réactifs à utiliser, l’éligibilité des patients aux tests antigéniques, sur les conditions de réalisation des tests.

11 décembre 2020

Du 16 au 23 Décembre : Campagne de dépistage massive Covid pilotée par la Région

La Région, en lien avec l’Assurance Maladie et l’Agence Régionale de Santé, déploiera à partir du mercredi 16 décembre prochain 1300 centres de dépistage COVID temporaires sur l’ensemble du territoire.

Si l’on ajoute à ces structures temporaires, les structures de dépistage existantes, ce sont au total plus de 2 500 lieux au sein desquels pourront se faire dépister les habitants d’Auvergne Rhône-Alpes.

L’URPS MK ARA en lien avec le CRO MK ARA a œuvré pour une mobilisation forte des kinésithérapeutes dans le cadre de cette campagne, et a ainsi organisé plusieurs sessions de formations entre le 7 décembre et le 16 décembre. Elle s’est appuyée pour ce faire sur deux organismes certifiés DPC de la région : ICS pour les formations en présentiel, Biologie E-learning pour les formations intégralement en distanciel. 

Ce sont donc plus de 400 kinésithérapeutes formés qui pourront s’impliquer dans ces différentes actions de dépistage. Ils pourront être informés directement par la Région des actions déployées sur leur territoire, l’URPS ayant mis à disposition de la collectivité régionale un listing des professionnels formés.

Kinésithérapeutes, pour connaitre les actions déployées sur votre secteur, merci de consulter la page dédiée de la Région

08 décembre 2020

Tests antigéniques : Nouvel arrêté du 3 décembre autorisant les kinésithérapeutes à réaliser les tests antigéniques

Les kinésithérapeutes pouvaient jusqu’alors intervenir lors de la seule étape du prélèvement naso-pharyngé quand il s’agissait des tests antigéniques, les résultats devant être remis par le médecin, le pharmacien ou l’infirmier.

L’arrêté du 03 décembre relatif aux mesures pour faire face à l’épidémie Covid-19 permet désormais au kinésithérapeute de réaliser le test antigénique dans son intégralité « Considérant que l’optimisation de la stratégie des tests, en particulier le développement du recours aux tests antigéniques, nécessite la réalisation de ces examens par les médecins, les infirmiers et les pharmaciens, mais également les masseurs-kinésithérapeutes, les sages-femmes et les chirurgiens-dentistes ; qu’il convient de prévoir les modalités de facturation adaptées à cette extension ». (Extrait arrêté du 03 décembre).

Les tests peuvent être réalisés en cabinet, en centre de santé, à domicile ou dans le cadre d’un dépistage collectif en établissement médico-social ou centre ambulatoire dédié au covid-19.

20 novembre 2020

Tests antigéniques : que dit l’arrêté du 16 novembre 2020 ?

Pour rappel, un arrêté ministériel en date du 15 septembre autorise les kinésithérapeutes spécifiquement formés à réaliser des prélèvements naso-pharyngés dans le cadre de tests RT-PCR.  L’arrêté du 16 novembre permet d’élargir les prélèvements aux tests rapides d’orientation antigéniques aux seules conditions que ces derniers :

  • « s’inscrivent dans le cadre d’opération de dépistage collectif
  • et soient organisés par un employeur ou une collectivité publique au sein de populations ciblées en cas de cluster ou de circulation particulièrement active du virus, après déclaration au représentant de l’Etat dans le département »

L’arrêté précise néanmoins que les résultats des tests ne peuvent être rendus que par un médecin, un infirmier ou un pharmacien.

Se former aux prélèvements naso-pharyngés : manifestez-vous auprès de l’URPS MK !

Tandis que le cadre législatif incite les kinésithérapeutes volontaires et formés à prendre part aux campagnes de dépistage, aux côtés des médecins, infirmiers, pharmaciens, l’URPS MK ARA souhaite répondre aux besoins de formation grandissants. Plusieurs sessions de formation sont ainsi en cours d’organisation.

Pour être recontacté(e) par l’URPS et recevoir prochainement les informations relatives à cette offre de formation, merci de renseigner le formulaire suivant : https://cutt.ly/PgN2949

Kinésithérapeutes exerçant en EHPAD : Découvrez les recommandations actualisées Hygiène et Sécurité du CPias

Une nouvelle fiche relative à la prise en charge des résidents en EHPAD est disponible dans la rubrique Hygiène en exercice libéral. Vous y retrouverez les dernières recommandations, synthétisées par le CPias afin d’assurer la prise en charge en toute sécurité des résidents qu’ils soient Covid, suspectés, ou non-Covid.

30 octobre 2020

Nouveau confinement : les cabinets de kinésithérapie restent ouverts

Le Président de la République a annoncé ce mercredi 28 octobre, un nouveau confinement national dont l’objectif est de freiner la propagation du virus. 

Durant cette allocution, il a été rappelé la nécessité de s’appuyer sur « [les] médecins de ville, [les] infirmiers, [les]pharmaciens et […]tous les professionnels de santé pour assurer une prise en charge précoce des patients dès les premiers symptômes pour éviter que ne se développent des formes complexes »

L’objectif étant de garantir une continuité des soins de kinésithérapie en toute sécurité, les kinésithérapeutes, aux côtés de l’ensemble des collègues professionnels de santé, maintiennent donc leurs activités de soins :

  • en cabinet
  • à domicile
  • en EHPAD qui demeurent ouverts (concertation nécessaire avec la direction et le médecin coordinateur)

L’application de mesures d’hygiène strictes demeure primordiale : n’hésitez pas à vous référer aux fiches élaborées CPias pour toute précision :

Dans l’attente de précisions concernant les justificatifs à présenter en cas de contrôle, lors de vos déplacements professionnels, veuillez trouver ci-après, en téléchargement le justificatif de déplacement professionnel officiel.

27 octobre 2020

Évolutions de la doctrine de distribution de masques issus du stock d’État

Pour rappel, l’Etat a cessé dès le 28 septembre le dispositif d’approvisionnement en équipements dédiés aux professionnels de santé.

Les kinésithérapeutes sont donc invités depuis fin septembre à s’approvisionner de façon autonome et à constituer un stock de sécurité en masques et autres EPI correspondant à 3 semaines de consommation en temps de crise épidémique.

Néanmoins, il a été autorisé, au travers d’une communication datant du 23 octobre, la possibilité de poursuivre le retrait d’équipements auprès des officines lorsque celles-ci disposent encore de stocks d’Etat et ce jusqu’à épuisement de ce dernier.

Incitation à recourir à la télésanté pour les professionnels de santé habilités

Dans un contexte de recrudescence du nombre de cas Covid-19, le Ministère des Solidarités et de la Santé et la Direction Générale de la Santé incitent fortement les professionnels de santé habilités et leurs patientèles, à privilégier la télésanté pour les cas le permettant.

Les masseurs-kinésithérapeutes sont autorisés depuis le 18 avril dernier à recourir au télésoin. Tandis qu’en Auvergne Rhône-Alpes, le taux d’incidence, au 22 octobre, dépasse 600 / 100 000, il s’agit pour notre profession de renforcer davantage les mesures visant à limiter la circulation active du virus, parmi lesquelles le télésoin.

Plusieurs solutions logicielles sont à votre disposition. L’URPS MK ARA vous recommande la solution développée par le GCS SARA/MonSisra.

Les kinésithérapeutes de 10 départements désormais concernés par le couvre-feu

Au 23 octobre 2020, ce sont désormais 10 départements de notre région qui sont concernés par les restrictions de déplacements liées au couvre-feu : l’Ain, le Rhône, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, la Loire, la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme, la Savoie et la Haute-Savoie.

Pour rappel, les kinésithérapeutes se voient octroyer une dérogation et sont autorisés à se déplacer pour des motifs professionnels (cf communication du 20 octobre). En cas de contrôle entre 21h et 6h, il suffira donc de présenter sa carte professionnelle (CPS).

Déprogrammation des activités opératoires non urgentes en établissements hospitaliers

Sur demande et en concertation avec l’Agence Régionale de Santé, plusieurs établissements de santé publics ou privés de la région ont procédé à la déprogrammation de « toutes les activités opératoires et interventionnelles non urgentes et sans préjudice de perte de chance avérée à court terme pour les patients ». Cette mesure concerne le CHU de Grenoble, le CHU de Saint-Etienne, les HCL, le CHU de Clermont-Ferrand, le CH de Bourg-en-Bresse et le CH Métropole Savoie.

Actées à minima jusqu’au 31 octobre, ces mesures visent à soulager les tensions hospitalières pouvant apparaître face à la recrudescence du nombre de cas Covid-19 dans notre région.

20 octobre 2020

Rectificatif : autorisations de dérogation aux horaires de couvre-feu

Les métropoles de Lyon, Grenoble et Saint-Étienne sont les 3 territoires concernés par les restrictions de déplacement liées au couvre-feu, instauré pour une durée minimum de 4 semaines.

La Direction Générale de la Santé a adressé le 19 octobre dernier un rectificatif concernant les pièces à présenter en cas de déplacements professionnels survenant en 21h et 6h.

Ainsi, les masseurs-kinésithérapeutes peuvent désormais se munir de leur seule carte professionnelle (CPS) pour justifier un déplacement professionnel qui relèverait :

  • Du trajet habituel entre le domicile et le lieu de travail du professionnel de santé ou des déplacements entre les différents lieux de travail lorsque la nature de ses fonctions l’exige ;
  • Des déplacements de nature professionnelle qui ne peuvent pas être différés, comme les visites à domicile
  • Des déplacements de nature professionnelle qui ne peuvent pas être différés, comme les visites à domicile

19 octobre 2020

Mesdames, Messieurs,

Suite à l’annonce du Président de la République mercredi 14 octobre 2020, le décret n° 2020-1257 du 14 octobre 2020 déclare l’état d’urgence sanitaire à compter du 17 octobre 2020 à minuit sur l’ensemble du territoire français.

Dans les territoires les plus touchés par l’épidémie de Covid-19, l’état d’urgence sanitaire permet aux préfets d’instaurer un couvre-feu afin d’endiguer la circulation du virus. La mise en place d’un couvre-feu de 21h à 6h à partir du 17 octobre 2020 à minuit concerne les métropoles de Lyon, Grenoble, et Saint-Etienne.

Afin de permettre à l’ensemble des professionnels de santé de pouvoir se déplacer dans le cadre de leurs activités professionnelles en dehors des horaires imposés par le couvre-feu (21h-6h), un justificatif de déplacement professionnel doit impérativement être établi (modèle de dérogation de service mis en ligne sur le site du ministère de l’intérieur à compter du 16 octobre après-midi).

Dans le cadre des professions libérales de santé, ce document doit être signé par le professionnel, et reste valide pendant la durée indiquée sur le document.
Ce document est suffisant pour justifier les déplacements professionnels, qu’il s’agisse :

  • Du trajet habituel entre le domicile et le lieu de travail du professionnel de santé ou des déplacements entre les différents lieux de travail lorsque la nature de ses fonctions l’exige ;
  • Des déplacements de nature professionnelle qui ne peuvent pas être différés, comme les visites à domicile.

La carte professionnelle des professionnels de santé ne constitue pas à elle seule un justificatif pour se rendre sur son lieu de travail.
Les préfets dans les territoires où le couvre-feu sera effectif ont reçu des consignes pour que des mesures de tolérance soient appliquées pendant les premiers jours du couvre-feu.
 
Katia Julienne, Directrice générale de l’offre de soins     
                                        
Pr. Jérôme Salomon, Directeur Général de la Santé  

Attestation de déplacement dérogatoire

24 septembre 2020

Test RT-PCR : les professionnels de santé intervenant à domicile prioritaires

Afin de fluidifier l’accès aux examens virologiques et prévenir l’embolisation des capacités de dépistage des laboratoires de biologie médicale, l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes, en conformité avec les orientations nationales, met en place une priorisation des dépistages.

Les professionnels de santé intervenant à domicile, parmi lesquels les masseurs-kinésithérapeutes libéraux, sont inclus parmi les publics prioritaires.

Une prescription médicale vous permettra également de figurer parmi les personnes prioritaires aux examens. Pour l’ensemble des publics ciblés prioritaires, l’examen de dépistage sera proposé dans un délai de 24 heures et les résultats seront transmis dans les 24 heures suivantes.

Plusieurs laboratoires de la région ont d’ores et déjà bloqué des plages horaires dédiées. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre laboratoire biologique de secteur afin de savoir si c’est le cas.

Communiqué de presse ARS AURA 23.09.20 – Évolution de la stratégie de dépistage en Auvergne-Rhône-Alpes

Formulaire de renseignements pour la réalisation d’un examen virologique ou sérologique COVID-19

Ouverture de centres de prélèvements dédiés aux publics prioritaires

L’Agence Régionale de Santé AuRA annonce ce 23 septembre l’ouverture de centres de prélèvements dédiés aux publics prioritaires

Deux d’entre eux sont opérationnels dès ce 24 septembre, le premier à Lyon, le second à Villeurbanne dans le Rhône.

Ces centres fonctionneront sans rendez-vous et sont ouverts, à ce jour,  pour une durée de 3 mois.

Activation de la plateforme Renforts RH

Afin d’anticiper les besoins en personnels des établissements de santé et médico-sociaux, les professionnels de santé volontaires sont invités à s’enregistrer sur la plateforme « Renfort RH ».

Les masseurs-kinésithérapeutes figurent parmi les profils recherchés. Il s’agit au travers de cette plateforme de répondre aux besoins engendrés par l’augmentation du nombre de cas Covid-19 pris en charge en établissements. 

Examen RT-PCR par les kinésithérapeutes : arrêté du 15 septembre relatif aux mesures générales pour faire face à l’épidémie de Covid-19

Une nouvelle modification à l’arrêté du 10 juillet 2020 a été apportée, autorisant les masseurs-kinésithérapeutes diplômés d’Etat, à procéder à la réalisation de prélèvements naso-pharyngés et ce, en cas de pénurie de professionnels dans les laboratoires de biologie.

Les masseurs-kinésithérapeutes souhaitant réaliser ces prélèvements doivent avoir suivi une formation spécifique dispensée par un médecin ou un biologiste médical.

L’URPS MK ARA est en lien avec l’Agence Régionale de Santé et ce afin de travailler, en fonction des besoins, au recensement de masseurs-kinésithérapeutes formés et volontaires, qui pourraient intervenir afin d’appuyer la stratégie de dépistage régionale.

Arrêté du 15 septembre 2020 modifiant l’arrêté du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans les territoires sortis de l’état d’urgence sanitaire et dans ceux où il a été prorogé

28 août 2020 

Dépistage SARS-Cov-2 par RT-PCR recommandé pour les professionnels de santé

En cette fin de période estivale, rimant avec retours de congés pour nombre d’entre nous, la Direction Générale de la Santé invite les professionnels de santé, dont les masseurs- kinésithérapeutes à réaliser un test de dépistage de SARS-CoV-2 par RT-PCR.

En effet, il s’agit de limiter tout risque de contamination, un quart des infections au Covid-19 étant asymptômatique et 50 % des transmissions survenant pendant la phase pré-symptômatique.

Sont concernés les masseurs-kinésithérapeutes :

  • présentant des symptômes évocateurs de COVID-19* 
  • identifié comme personne contact d’un cas de COVID-19 
  • ayant participé à un rassemblement de nombreuses personnes (repas de famille, mariages, festivals, concerts, funérailles, etc.) 
  • au retour d’une zone à risque : séjour à l’étranger ou à Mayotte ou en Guyane ou dans un autre lieu, y compris en métropole, dans lequel la circulation du virus est élevée (foyer épidémique (cluster) ou incidence anormalement élevée) 
  • revenant de congés quelle que soit la zone de villégiature, s’il prend en charge des patients fragilisés : immunodéprimés, insuffisants respiratoires, sujets âgés.

Depuis le 27 juillet, le dépistage est possible pour toute personne, sans prescription médicale, et ce dans les 372 sites de prélèvements de la région. Ce dépistage est pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie.

Pour prendre connaissance de l’intégralité de la lettre de la DGS, cliquez ici.

3 août 2020

Fin programmée du dispositif d’approvisionnement en équipements de protection 

La semaine du 28 septembre 2020 marquera la fin du dispositif de distribution des masques de protection à l’attention des professionnels de santé, mis en place par l’État en début de crise sanitaire Covid-19.

Les masseurs-kinésithérapeutes comptent aujourd’hui parmi les professionnels habilités à récupérer auprès des pharmacies une dotation hebdomadaire de 18 masques de protection et sont à ce titre concernés par la fin de ce dispositif de distribution.

La Direction Générale de la Santé invite donc via sa lettre d’information du 31 juillet 2020, les professionnels de santé du secteur ambulatoire dont les masseurs-kinésithérapeutes à constituer dès à présent un stock de matériel correspondant à 3 semaines de consommation en temps de crise épidémique.

Il est également demandé à chacun de se rapprocher de ses fournisseurs habituels afin d’être en capacité de s’approvisionner de manière autonome à partir du 5 octobre.

Lire la lettre d’information de la DGS : https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/dgsurgent/inter/detailsMessageBuilder.do?id=30950&cmd=visualiserMessage

7 mai 2020

Deux dotations régionales en masques pour accompagner la reprise d’activités des kinésithérapeutes

Une enquête réalisée par l’URPS fin Avril auprès des kinésithérapeutes libéraux de la région indique que  pour plus de 85% des répondants, l’approvisionnement en matériel de protection s’avère être le principal frein à la reprise d’une activité dans des conditions de sécurité optimales. Les masques FFP2 et les surblouses apparaissent parmi les équipements les plus difficiles à se procurer.

Face à ce constat et dans une volonté de soutenir la reprise de l’activité des kinésithérapeutes à la veille de la levée des mesures de confinement, l’URPS MK ARA et le CRO MK ARA se sont associés afin de solliciter une dotation en masques auprès de l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes.

Suite au retour favorable de l’ARS, ce sont ainsi 20 000 masques FFP2 qui seront reçus et distribués dans les prochains jours par nos deux instances. Cette réserve spécifique sera complétée dans les prochains jours par une dotation en masques de la  Métropole de Lyon. L’URPS a également financé l’achat de 10 000 surblouses auprès d’une entreprise de la Haute-Loire.

Pour ce qui est du matériel reçu par l’URPS, les élus en département organiseront une distribution en fonction des besoins repérés. Les professionnels exerçant au sein des réseaux et centres de kinésithérapie respiratoire ainsi que nos confrères en exercice les plus vulnérables, immunodéficients notamment, seront prioritairement ciblés par cette aide logistique.  

Notre objectif est de compléter au travers de la constitution de cette réserve complémentaire les dotations de l’État.

  • l’URPS MK ARA reste à votre disposition pour toute précision sur les distributions réalisées prochainement auprès des centres et réseaux de kinésithérapie respiratoire : contact@urps-mk-ara.org
  • N’hésitez pas à vous rapprocher également de vos interlocuteurs au sein des Conseils Départementaux de l’Ordre MK

Augmentation des dotations de l’État en masques de protection

Parallèlement aux dotations régionales évoquées ci-dessus, les dotations en masques chirurgicaux et FFP2 de l’Etat évoluent et ce, afin d’accompagner la reprise ou l’augmentation d’activité des professionnels de santé.

Les kinésithérapeutes sont concernés par cette évolution de la stratégie nationale : nous pourrons désormais, sur présentation d’une carte professionnelle, retirer 18 masques par semaine auprès des officines dont 6 masques FFP2 pour les confrères réalisant des actes de kinésithérapie respiratoire.

Mesures-barrières et reprise des soins : Le CPias répond à toutes vos questions

Nous vous avons communiqué l’information au travers d’une newsletter ce mercredi 06 mai. En vue de vous accompagner dans la reprise des soins en cabinet ou à domicile, nous vous proposons de participer à l’un webinaires animés par notre partenaire le CPias Auvergne Rhône-Alpes, expert de la prévention et gestion des infections associées aux soins.

 Déroulement : il sera question de présenter les modes de transmission du virus Covid-19 ainsi que les mesures barrières associées, avant d’entreprendre un temps d’échange pour répondre au mieux à vos questions. 

Programmation :

  • Jeudi 7 mai de 11h à 12h – Inscriptions clôturées
  • Mardi 12 mai de 14h à 15h30 ;
  • Vendredi 15 mai de 12h à 13h. 

Merci de vous pré-inscrire en écrivant à l’adresse mail suivante (nom/prénom/lieu d’exercice/date du webinaire qui vous intéresse) : contact@urps-mk-ara.org

Retrouvez également les 3 nouvelles fiches Hygiènes élaborées par le CPias sur notre site Internet :


29 avril 2020

Préciser les modalités de réouverture progressive des cabinets de kinésithérapie

De nombreuses interrogations ont été soulevées par les kinésithérapeutes suite à l’annonce du Conseil National de l’Ordre d’une réouverture progressive des cabinets, sous conditions, à compter de la semaine du 27 avril 2020.

Afin de préciser ces modalités de réouverture en région Auvergne Rhône-Alpes, une réunion est prévue cette semaine du 27 avril entre l’URPS MK ARA, le Conseil Régional de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes et l’Agence Régionale de Santé.

Nous ne manquerons pas de communiquer sur les recommandations et consignes qui en découleront.

Dans l’attente, nous vous invitons à consulter :

Questionnaires COVID-19 en cours : merci pour votre contribution

L’URPS MK ARA vous propose de contribuer aux deux enquêtes suivantes :

Enquête n°1 « La reprise progressive des soins en kinésithérapie – la gestion du matériel »
Accessible du 28 avril au 30 avril 2020
Objectif : Appréhender au mieux les besoins en matériel et notamment en masques des kinésithérapeutes, et ce afin d’identifier des pistes d’action pour la reprise des soins post-confinement en toute sécurité

Enquête n°2 « Contamination des kinésithérapeutes par le Covid-19 et impacts sur l’activité professionnelle »
Accessible du 29 avril au 04 mai 2020
Objectif : Appréhender le nombre de professionnels de santé contaminés par le coronavirus et l’impact de l’épidémie sur leur activité professionnelle.


22 avril 2020

Retour encadré des masseurs-kinésithérapeutes libéraux dans les EHPAD

Depuis le 11 mars dernier et dans une volonté de protéger au mieux les résidents d’une contamination possible au Coronavirus,  les EHPAD faisaient l’objet de mesures restreignant les entrées, impactant entre autres la continuité des soins en masso-kinésithérapie pour les résidents.

Parallèlement à l’assouplissement des visites en EHPAD annoncé par le Premier Ministre ce 19 mars, le retour des professionnels libéraux s’organise sur l’ensemble du territoire national.

En région Auvergne Rhône-Alpes, les masseurs-kinésithérapeutes intervenant au sein des EHPAD sont donc invités à se rapprocher de nouveau des directions des établissements, qui statueront sur une reprise possible des soins en masso-kinésithérapie en fonction, entre autres, de la situation épidémique de la structure.

Extrait du protocole relatif aux consignes applicables sur le confinement dans les ESSMS et unités de soins de longue durée – 20 avril 2020

« Les visites s’effectuent impérativement sur la base de la signature par le professionnel d’une charte de bonne conduite assurant du respect des consignes de sécurité et d’hygiène. Les intervenants libéraux disposent de leurs propres EPI. Le nombre de professionnels différents est limité au maximum. Il est ainsi possible que les professionnels soient amenés à prendre en charge des personnes ne faisant pas parties de leur patientèle habituelle. Il sera alors primordial d’organiser une continuité des soins entre l’intervenant libéral et le professionnel qui suit habituellement la personne. Des comptes rendus devront être rédigés pour un meilleur suivi. »

Prise en charge à domicile : la HAS publie une nouvelle fiche pratique à l’attention des masseurs-kinésithérapeutes

Tandis que nous vous présentions le 17 avril dernier les recommandations élaborées en partenariat avec le CPIAS Auvergne Rhône-Alpes quant à l’intervention à domicile auprès de patients post-Covid, une nouvelle fiche pratique rédigée par la Haute Autorité de Santé vient enrichir le cadre auquel peuvent se référer les masseurs-kinésithérapeutes.

Si le télésoin demeure la modalité de prise en charge à privilégier, elle ne peut être adaptée aux situations pour lesquelles une prise en charge en présentiel est nécessaire : soins post-opératoires, soins pour les patients Covid en sortie d’hospitalisation, prise en charge de personnes âgées dépendantes ou porteurs de handicap lourds ou encore patients atteints d’une pathologie chronique nécessitant de la kinésithérapie respiratoire.

Pour l’ensemble de ces situations, la HAS propose un protocole de prise en charge afin de garantir un niveau élevé de sécurité et d’efficience des soins. Vous trouverez dans ces fiches un rappel sur les précautions à prendre en terme de lavage de mains, de port d’équipements individuels de protection ou encore de soins à réaliser selon les cas traités.

Fiche HAS – Mesures et précautions essentielles pour le Masseur-Kinésithérapeute auprès des patients à domicile – 16 avril 2020


18 avril 2020

COVID-19 : Les masseurs-kinésithérapeutes autorisés à recourir au télésoin

De nombreux confrères avaient déjà pris les devants, proposant dès la fermeture des cabinets, des modalités d’accompagnement alternatives et gratuites pour les patients, au travers des échanges téléphoniques ou des outils de télésanté.

Le Ministère de la Santé et la Caisse Primaire d’Assurance Maladie ont donc statué, après négociation avec les instances représentatives de notre profession, sur un arrêté autorisant les kinésithérapeutes à recourir au télésoin. Il s’agit au travers de cette mesure de garantir une continuité des soins ne nécessitant pas de manipulation immédiate.

Cet arrêté permet désormais la prise en charge par l’Assurance Maladie de prestations définies : les professionnels factureront les actes selon les cotations indiquées et les patients pourront solliciter un remboursement auprès de l’Assurance Maladie pour ces prestations.

Liste des actes facturables, solution logicielle de téléconsultation recommandée par l’URPS MK ARA : pour en savoir plus sur la mise en œuvre du télésoin, consultez notre article dédié.

Arrêté du 16 avril 2020 complétant l’arrêté du 23 mars 2020 prescrivant les mesures d’organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire


17 avril 2020

Prise en charge à domicile de patients post-Covid : Recommandations du CPIAS Auvergne Rhône-Alpes

Pour rappel et sur demande des instances sanitaires, l’URPS MK ARA lançait le 7 avril dernier un appel à mobilisation auprès des kinésithérapeutes de la région. Il s’agissait de recenser les professionnels volontaires pour la prise en charge des patients Covid hospitalisés et de retour au domicile*

Les masseurs-kinésithérapeutes mesurent les enjeux de la rééducation liée à une hospitalisation et un alitement prolongé. Un travail sur la marche et l’équilibre est primordial afin de limiter la perte d’autonomie, notamment chez le sujet âgé.

Ainsi, afin de répondre aux interrogations des kinésithérapeutes intervenant auprès de patients post-Covid-19 et les accompagner dans ces prises en charge, l’URPS MK ARA développe de nouvelles fiches pratiques relatives à l’hygiène en exercice libéral.Une première fiche conçue en partenariat avec le CPIAS – Centre d’appui pour la prévention des infections associées aux soins    Auvergne-Rhône-Alpes – est désormais disponible en téléchargement. Elle récapitule pour le professionnel et le patient, les mesures à prendre avant, pendant et après l’intervention au domicile.

Retrouvez l’ensemble des fiches relatives à la prévention du risque en cabinet ou à domicile dans la rubrique « Hygiène en exercice libéral » 


*Vous avez été nombreux à répondre favorablement à cet appe. L’URPS tenait à vous remercier pour votre implication. Le listing ainsi élaboré a été transmis entre autres aux services PRADO de l’Assurance Maladie, dédiés à la coordination des retours à domicile.

Recours aux tests de dépistage rapide Covid-19 : en attente de précisions par la DGS

La Haute Autorité de Santé indique au 16 avril que les « la seule technique de diagnostic biologique du COVID-19 recommandée à ce jour est le test moléculaire par RT-PCR permettant la détection du génome du coronavirus SARS-CoV-2 »

Ainsi, face aux informations circulant sur le recours à des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD), l’ARS Auvergne Rhône-Alpes, en appelle dans son bulletin d’information daté du 16 avril, à la prudence de tous.

Dans l’attente de précisions à venir de la Direction Générale de la Santé, les instances sanitaires ne sauraient garantir la fiabilité de ces tests de dépistage. 

Retrouvez l’ensemble des communiqués de presse de l’ARS Auvergne Rhône-Alpes sur notre site – Rubrique « Documentation »


10 avril 2020

Mobilisation des kinésithérapeutes en Auvergne Rhône-Alpes : récapitulatif des initiatives mises en place au 10 avril 2020

Ces dernières semaines, plusieurs opérations visant à répondre aux besoins humains générés par la crise épidémique de Covid-19 ont été organisées. 

Qu’il s’agisse d’organiser la permanence de soins en kinésithérapie ou appuyer les demandes d’appui des établissements de santé, les appels à mobilisation se sont succédés, permettant ainsi d’identifier les ressources disponibles. 

L’URPS MK ARA vous propose un récapitulatif sur les initiatives menées en région :

Recensement 1
Semaine du 23 mars 2020
Recensement 2
Semaine du 30 mars 2020
Recensement 3
Semaine du 30 mars 2020
Recensement 4
Semaine du 6 avril 2020
Prise en charge des urgences respiratoires générées par le Covid-19Prise en charge à domicile des patients Hors-Covid sortant d’hospitalisationDispositif #Renforts-Covid : Appui des besoins en personnels des établissements sanitaires et médico-sociauxPrise en charge à domicile des patients post-Covid en sortie d’hospitalisation
sur demande de l’ARS Auvergne Rhône-Alpes

Recensement réalisé par :
– le Conseil Régional de l’Ordre des MK ARA
– l’URPS MK ARA
sur demande de l’Assurance Maladie (services PRADO)
 
Recensement réalisé par :
– certains Conseils Départementaux de l’Ordre des MK
sur demande de l’ARS Auvergne Rhône-Alpes et des établissements sanitaires et médico-sociaux
Appel relayé par l’URPS MK ARA :
https://urps-mk-ara.org/renforts-covid-simpliquer-aux-cotes-des-equipes-soignantes-en-quelques-clics/
sur demande de l’Assurance Maladie (services PRADO)
Recensement réalisé par l’URPS MK ARA :
https://urps-mk-ara.org/prise-en-charge-a-domicile-des-patients-post-covid-19-en-sortie-dhospitalisation/
Plus de 460 kinésithérapeutes recensésL’URPS MK ARA ne dispose pas de données sur le nombre de MK mobilisés par ce biaisL’URPS MK ARA ne dispose pas de données sur le nombre de MK mobilisés par ce biaisPlus de 300 kinésithérapeutes recensés
Besoins pourvusBesoins pourvusBesoins pourvusLes besoins sont importants : n’hésitez pas à vous manifester en adressant NOM, PRENOM, LIEU D’EXERCICE, ADRESSE MAIL, NUMERO DE TELEPHONE à l’adresse : contact@urps-mk-ara.org

L’Assurance Maladie développe un nouveau service en ligne pour la délivrance des masques 

Les pharmacies de la région Auvergne-Rhône-Alpes disposent désormais d’un outil en ligne, accessible depuis AMELIPRO, leur permettant de centraliser les données liées à l’approvisionnement et à la délivrance des masques.

Ainsi, chaque officine peut enregistrer en ligne, en temps réel en fonction des livraisons et des retraits :
– le nombre de masques chirurgicaux et FFP2 dont elle dispose
– les identifiants des professionnels de santé se présentant pour retirer des masques. 

Il sera ainsi possible de suivre le nombre de retraits en masque effectués par chaque professionnel de santé, et ce au sein de chaque officine. L’objectif étant de réguler la distribution de masques en cohérence avec les directives nationales.

Cet outil permet également de visualiser l’état des stocks sur l’ensemble des pharmacies enregistrées, facilitant alors, en cas de rupture de stock, l’orientation d’un professionnel vers une autre officine. 

Pour rappel, chaque kinésithérapeute est habilité à retirer 6 masques par semaine (chirurgicaux ou FFP2 pour la kinésithérapie respiratoire)

Consultations hors-Covid : Garantir la continuité des soins pour les patients nécessitant un suivi régulier

L’ARS Auvergne Rhône-Alpes a été récemment interpellé par les professionnels de santé qui observent actuellement une diminution des consultations médicales hors pathologies Covid-19.

En tant qu’acteur de santé et interlocuteur de proximité de vos patients, n’hésitez pas lors de vos prises en charge, à domicile ou à distance, à rappeler à vos patients concernés que :

  • les cabinets médicaux maintiennent leurs consultations hors pathologies Covid-19. Tout patient nécessitant un suivi régulier ne doit pas hésiter à contacter son médecin traitant. Sont particulièrement concernés : les patients touchés par une maladie chronique, les femmes enceintes et les nourrissons.
  • ces consultations Hors-Covid sont organisées de façon telle à limiter toute propagation éventuelle du Covid-19 entre patients.  Parallèlement au renforcement des mesures d’hygiène, les professionnels de santé se sont organisés pour limiter tout contact entre les patients touchés par le Covid-19 et les patients consultant pour d’autres pathologies (mise en place de créneaux dédiés pour les patients Covid-19, centres de consultations dédiés aux patients Covid-19)
  • Enfin, le 15 reste accessible pour toute urgence vitale relative ou non au Covid-19

6 avril 2020

Mobilisation des kinésithérapeutes :  Prise en charge à domicile de patients PostCovid-19 en sortie d’hospitalisation 

Au 5 avril 2020, l’ARS Auvergne Rhône-Alpes comptabilise le retour à domicile de 1 756 patients Covid-19, guéris.

Suite à une hospitalisation et un alitement prolongés, ces patients requièrent des soins de rééducation d’entretien physique (rééducation des quatre membres, rééducation de l’équilibre, …) nécessaire au maintien de leur autonomie. Afin de faciliter leur prise en charge, l’URPS MK ARA recense les kinésithérapeutes disponibles pour réaliser ces soins à domicile, et ce dans le respect strict des mesures barrières, incluant le port de masque pour le professionnel et pour le patient.

  • Les patients Covid-19 qui me seraient orientés suite à leur sortie d’hospitalisation sont-ils guéris ?
    L’ARS Auvergne Rhône-Alpes et le Haut Conseil de Santé Publique précisent que les patients touchés par le Covid-19 sont guéris « 8 jours après l’apparition des premiers symptômes et 48h sans fièvre ni difficultés respiratoires » (pour les personnes immunodéprimées : 10 jours après l’apparition des premiers symptômes et 48h sans fièvre ni difficultés respiratoires). 
  • Je suis kinésithérapeute et ai été touché par le Covid-19. Quand puis-je reprendre mon activité de soins à domicile ? 
    Le Haut Conseil de Santé Publique indique que « Les soignants à risque pourront reprendre leur travail dans les mêmes conditions (disparition de la fièvre et d’une éventuelle dyspnée à partir du 8e jour après le début des symptômes) en gardant un masque chirurgical pendant sept jours (quatorze jours s’ils sont immunodéprimés). »

Pour vous faire connaître et intégrer ce listing, merci de nous contacter à l’adresse suivante : contact@urps-mk-ara.org en mentionnant :
– Nom /Prénom
– Lieu d’exercice
– Adresse mail
– Téléphone portable 
diffusion de vos données restreinte aux seuls acteurs de santé


30 mars 2020

S’engager auprès des établissements sanitaires et médico-sociaux : Déploiement de la plateforme #Renforts-Covid 

Initialement développé en région Ile de France, un nouveau dispositif d’appel à mobilisation est actuellement déployé en Auvergne Rhône-Alpes par l’Agence Régionale de Santé.

Le dispositif #RENFORTS-COVID permet à la fois :
– aux établissements sanitaires et médico-sociaux de faire connaître leurs besoins de renfort en ressources humaines durant cette épidémie de COVID-19
– aux professionnels de santé libéraux inscrits, d’être informés de ces besoins et de se porter volontaires pour y répondre, en fonction de leur secteur géographique

Pour vous inscrire :

  1. Téléchargez sur votre téléphone l’application medGo
  2. Renseignez votre identité et vos compétences
  3. Choisissez votre zone de mobilisation
  4. Finalisez votre inscription sur l’application

Pour en savoir plus sur l’opération, cliquez sur le lien suivant : https://www.renfort-covid.fr/

COVID-19 : Point de situation ARS Auvergne Rhône-Alpes au 29 mars 2020

L’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes actualise quotidiennement les données relatives à l’évolution de l’épidémie de COVID-19 dans notre région.

Vous trouverez en téléchargement le Point de situation au 29 mars 2020 

Pour prendre connaissance des informations officielles publiées par l’ARS Auvergne Rhône-Alpes : https://www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr/liste-communiques-presse


27 mars 2020

COVID-19 : Les CPTS organisent la gestion de crise à l’échelle locale 

Sitôt créés, sitôt mobilisées : de nombreuses Communautés Professionnelles Territoriales de Santé de la région participent à la gestion de la crise sanitaire, appuyant et complétant à l’échelon local la stratégie d’atténuation de circulation active du virus, déployée par les institutions régionales.  

Le point fort de ces nouvelles organisations : la coordination interprofessionnelle. En quelques jours, les professionnels de santé composant ces CPTS se sont organisés, pour beaucoup bénévolement,  afin de penser et mettre en œuvre des réponses locales aux besoins générés par l’épidémie COVID-19.

Les initiatives se multiplient, s’appuyant sur un réseau pluriprofessionnel particulièrement engagé :

  • La CPTS Haute-Tarentaise (Savoie) ou encore celle du Mont du Lyonnais organisent au sein de structures dédiées COVID-19, l’accueil et la prise en charge de patients présentant des signes d’infection respiratoire. Recenser les professionnels accueillant des patients COVID-19, gérer leurs disponibilités et l’orientation des patients sont parmi les missions prises en charge par la CPTS.
  • Des lignes téléphoniques dédiées, permettant d’orienter au mieux les patients, sont également crées. La CPTS de Vaulx-en-Velin (Rhône) propose une permanence téléphonique, avec l’appui de la mairie, afin d’orienter les cas « possibles » COVID-19 vers les professionnels de santé disponibles.
  • Plusieurs CPTS intègrent un axe autour du recensement, de la centralisation et la redistribution de matériel nécessaire à la prise en charge des patients. Ainsi la CPTS de Lyon 8 a organisé la mise en commun du matériel disponible afin d’en gérer la redistribution auprès des professionnels de santé prioritaires. La CPTS de Lyon 7 compte entre autres sur des appels aux dons aux entreprises afin de réapprovisionner les acteurs du territoire.
  • Les initiatives permettant enfin un soutien aux soignants se multiplient à l’instar du développement d’une cellule de soutien psychologique à l’attention des professionnels de santé, par la CPTS de la Haute-Tarentaise. 

Les kinésithérapeutes sont nombreux à s’impliquer, notamment sur des fonctions de coordination ou d’appui logistique. 

Si vous souhaitez rejoindre la CPTS de votre territoire afin de prendre part à la gestion de crise, ou en savoir plus sur les initiatives menées par ces communautés professionnelles, nous vous invitons à contacter l’URPS MK ARA à l’adresse suivante : chargedemission@urps-mk-ara.org

Recensement des professionnels pratiquant de la kinésithérapie respiratoire

L’URPS MK ARA a lancé samedi 21 mars dernier un appel à mobilisation à l’attention des confrères pratiquant de la kinésithérapie respiratoire. Sur demande de l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes, l’objectif est de créer un registre recensant en région les coordonnées des professionnels pouvant assurer une prise en charge des urgences respiratoires auprès des patients touchés par le COVID-19.

Vous avez été plus de 400 kinésithérapeutes à vous manifester au cours de cette dernière semaine.

Votre réactivité et votre engagement nous ont permis d’élaborer un premier listing que nous avons adressé à l’ARS AURA. 

Ainsi, l’URPS MK ARA vous remercie sincèrement pour votre mobilisation. Nous nous tenons à vos côtés en cette période de crise et nous vous félicitons de l’engagement dont vous faites preuve sur vos territoires respectifs. Pour les professionnels souhaitant intégrer ce registre, merci de vous faire connaître en nous contactant à l’adresse suivante : contact@urps-mk-ara.org 


25 mars 2020

Réapprovisionnement en masques 

Afin de répondre aux besoins en matériel des professionnels de santé, le Gouvernement annonce une livraison hebdomadaire de plus d’un million de masques pour la région Auvergne Rhône-Alpes.

Nous vous invitons donc à contacter régulièrement votre officine de ville afin de vous tenir informé de toute réception de masques.

Au 24 mars, tous les départements de la région Auvergne Rhône Alpes sont considérés comme « zones d’exposition à risque » (source : https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/infection-au-nouveau-coronavirus-sars-cov-2-covid-19-france-et-monde).

Quelque soit le département, les masseurs-kinésithérapeutes effectuant des soins prioritaires, sont habilités à demander 6 masques par semaine et par professionnel, chirurgicaux ou aux normes FFP2 selon les indications et les disponibilités.

Gestion des déchets d’activités de soins (DAS) produits pendant la crise sanitaire COVID-19 – Recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) 

Plusieurs recommandations relatives à la gestion des déchets d’activité de soins ont été émises à l’attention des professionnels de santé exerçant en libéral et des professionnels de santé prodiguant des soins à domicile.

Ainsi le HCSP préconise :
– pour les professionnels de santé en exercice libéral d’éliminer les déchets contaminés (masques, mouchoirs…) via la filière classique des ordures ménagères ( double emballage).
– pour les professionnels de santé réalisant des soins à domicile, les déchets produits par l’acte de soins seront éliminés via la filière classique des DASRI ( déchets d’activités de soins à Risques Infectieux)

Réserve sanitaire

Les masseurs-kinésithérapeutes ont été très nombreux à s’inscrire sur la plateforme nationale afin de rejoindre la réserve sanitaire. Cela démontre notre volonté, en tant qu’acteur de santé, de participer à la gestion de cette crise en mettant à disposition nos compétences techniques ou toute autre compétence utile en cette période.

A ce jour, les besoins concernent prioritairement les médecins régulateurs, smurites, les médecins anesthésistes-réanimateurs, les médecins urgentistes, les infirmiers et les aides-soignants. 
Afin de ne pas saturer le serveur du site national, il est demandé aux autres professionnels, dont les masseurs-kinésithérapeutes, de patienter avant toute nouvelle inscription sur la plateforme.

Plus d’informations sur le site Santé Publique France.


23 mars 2020

Crise du COVID-19 : Maintenir l’accompagnement de nos patients en kinésithérapie via la téléconsultation SARA

Les mesures de confinement en place depuis le mardi 17 mars 2020 se sont traduites par une fermeture des cabinets de kinésithérapie sur l’ensemble du territoire national.
Dans ce contexte inédit, la téléconsultation peut s’avérer un outil permettant de maintenir le lien avec son patient. Qu’il s’agisse de prodiguer des conseils de prévention, de répondre aux interrogations d’un patient entre deux séances en physique ou de pallier en urgence à un besoin d’accompagnement pour un patient ne trouvant pas de kinésithérapeute sur son territoire, cette solution alternative présente des avantages certains.

Quelques précisions sur l’aspect règlementaire 
Le télé-soin est défini dans le cadre de l’article 53 de la LOI n° 2019-774 du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et à la transformation du système de santé.
Nos instances représentatives ( Syndicats, Conseil National de l’Ordre) ont présenté, dans ce contexte de crise sanitaire COVID-19 ayant conduit à la fermeture des cabinets, un projet de décret visant à autoriser le télésoin.
Dans l’attente de ce décret, aucune facturation n’est possible pour les actes et prestations conventionnés qui seraient réalisés via la téléconsultation. En période de crise sanitaire, au même titre qu’un échange téléphonique, la téléconsultation est un outil mobilisable par les kinésithérapeutes afin de maintenir le lien avec les patients.

Pour les kinésithérapeutes qui souhaiteraient investir ce champ, l’acteur régional de e-santé SARA vous propose une solution simple d’accès, gratuite et sécurisée.

Vous êtes déjà plus de 50% à utiliser leur service de Messagerie de Santé Sécurisée MonSisra. Ce dernier vous permet d’accéder à un portail d’applications développées pour répondre aux besoins des professionnels de santé, parmi lesquelles le service de téléconsultation. 

Celui-ci est disponible depuis votre ordinateur ou un téléphone mobile via votre portail MONSISRA.

Pour vous et vos patients, il s’agit d’une solution :
– gratuite
– sécurisée
– et simple d’utilisation

Quelle est la marche à suivre ?

  • En tant que kinésithérapeute :

① Connectez à votre application MonSisra  en utilisant votre identifiant ou votre numéro CPS
② Orientez-vous vers l’onglet « Mon Portail » puis la vignette « Téléconsultation »
Vous pourrez dès lors planifier et réaliser des téléconsultations selon les horaires choisis.

Les éléments relatifs à cette téléconsultation pourront être intégrés directement au dossier patient ou pourront être transmis aux professionnels de santé intervenant dans la prise en charge du patient via la Messagerie de Santé Sécurisée

Tutoriel vidéo disponible ici : https://vimeo.com/397237097

  • En tant que patient :

Celui-ci peut accéder à la téléconsultation via son téléphone ou un PC/Mac équipé d’une webcam et d’un microphone. 

Pour accompagner votre patient à l’utilisation de ce service, vous trouverez via le lien suivant la procédure détaillée : https://www.sante-ra.fr/patient-teleconsultation/

Pour plus de précisions : https://www.sante-ra.fr/professionnels-de-sante-la-solution-de-teleconsultation-regionale-est-a-votre-service/


19 mars 2020

Continuité des soins urgents de kinésithérapie en stade 3 de la pandémie de COVID-19 :

RAPPEL – La Direction Générale de la Santé incitait le 14 mars dernier, les masseurs-kinésithérapeutes, entre autres, à reporter les soins non urgents pour les patients fragiles et/ou de plus de 70 ans (https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles) afin de leur éviter toute exposition potentielle au coronavirus.

Source : DGS – Recommandations personnes vulnérables

– Dans l’attente de précisions des tutelles concernant la définition des soins relevant de l’urgence en kinésithérapie et sans directive contraire à ce jour (celles-ci pouvant évoluer rapidement) , il appartient à chaque kinésithérapeute libéral, en responsabilité et avec discernement, d’assurer la continuité des soins au domicile, au cas par cas, pour les patients dont l’état de santé s’aggraverait sans prise en charge.

La nécessité d’une prise en charge (ou de son maintien) fera l’objet d’une évaluation en conscience par le kinésithérapeute, en concertation éventuelle avec le médecin traitant/coordinateur, pour :

– les patients nécessitant de la kinésithérapie respiratoire ( BPCO, mucoviscidose…)
– les patients nécessitant de la rééducation continue ( patients polyhandicapés, personnes âgées dépendantes avec perte de mobilité sévère)
– les patients en sortie d’hospitalisation dont la rééducation est jugée nécessaire et non reportable par l’équipe hospitalière.

Dans chacun de ces cas, la prise en charge à domicile demeure la modalité recommandée. Le kinésithérapeute est garant d’une application stricte des mesures barrières pour veiller à protéger son patient et lui-même : lavage des mains entre chaque patient, port d’un masque, port de blouse.

Réapprovisionnement de masques dédiés aux professionnels de santé :

Un arrêté publié ce 16 mars confirme une nouvelle distribution de masques de protection, à destination entre autres des masseurs-kinésithérapeutes. Les masques seront à récupérer auprès des pharmacies d’officine. Nous n’avons pas, à ce jour, d’informations sur les dates précises de livraison. Nous invitons les kinésithérapeutes à se tenir informés auprès de leurs pharmacies de secteur.

Source : Arrêté du 16 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie a précisé, au travers d’une lettre adressée à l’ensemble des pharmacies, les modalités de distribution de masques. Pour les zones d’exposition à risque ( en Auvergne Rhône-Alpes au 17.03.20 : Ain, Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Loire et Rhône), il est prévu pour les masseurs-kinésithérapeutes une distribution de :

– 6 masques par semaine et par professionnel, chirurgicaux ou aux normes FFP2 pour les professionnels effectuant de la kinésithérapie respiratoire
– selon les indications et les disponibilités,
– pour la réalisation des actes prioritaires et non reportables ;


17 mars 2020

Restriction des déplacements

Ce lundi 16 mars, des mesures de confinement ont été annoncées par le Gouvernement, limitant les déplacements pour une durée minimum de 15 jours. Pour tout déplacement professionnel (cabinet, prise en charge à domicile), les masseurs-kinésithérapeutes devront donc se munir d’une attestation dérogatoire, en téléchargement ci-dessous.

Sans imprimante à disposition, il vous est possible de rédiger cette attestation à la main, sur papier libre.

Réapprovisionnement en masques de protection

 Le Gouvernement a annoncé ce 16 mars le réapprovisionnement, dans les prochains jours, de masques de protection pour les professionnels de santé. Les masseurs-kinésithérapeutes sont concernés par cette mesure et pourront récupérer, selon des modalités restant à préciser, des masques pour les seuls soins prioritaires. Il sera également possible de disposer de masques FFP2 pour certains actes de kinésithérapie respiratoire.

Recommandations relatives à l’activité des kinésithérapeutes durant cette phase épidémique de COVID-19

Les professionnels de santé sont invités à suivre les recommandations du Conseil National de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes.

– Fermeture recommandée des cabinets ne pouvant appliquée les mesures barrières
– Fermeture recommandée des installations de balnéothérapie
– Peuvent être effectués au cabinet les seuls soins urgents et non reportables.
– La dispense de soins à domicile est possible. Elle doit être systématique pour les patients âgés de plus de 70 ans ou présentant une fragilité qui ne doivent pas se rendre au cabinet. Dans tous les cas, les règles d’hygiène seront alors scrupuleusement respectées (lavage des mains, port du masque obligatoire)
– Les masseurs-kinésithérapeutes dont l’état de santé est fragile, y compris les femmes enceintes, sont invités à ne plus prendre en charge de patients

L’URPS MK ARA vous informera de toute nouvelle directive officielle règlementant l’activité des kinésithérapeutes et précisant la définition de la notion d’urgence en kinésithérapie.

Professionnel de santé en contact avec un cas COVID-19

Les professionnels de santé étant entrés en contact avec un cas COVID-19 et ne présentant aucun symptômes doivent surveiller régulièrement leurs températures ou tout symptômes évocateurs d’une infection respiratoire. Il leur est demandé d’appliquer les gestes barrières et porter un masque sur le lieu de travail. Tout professionnel constatant des premiers symptômes doit s’isoler immédiatement et contacter un médecin.

Il est demandé également aux professionnels de santé poursuivant leur activité, dont les masseurs-kinésithérapeutes, de procéder systématiquement à un test de dépistage s’ils présentent un ou plusieurs symptômes évocateurs du COVID-19. Le test peut désormais être réalisé en laboratoire de ville. Si celui-ci est négatif, la poursuite de l’activité est autorisée.

Pour plus d’informations : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/coronavirus-PS


16 mars 2020

Passage au stade 3 de l’épidémie COVID-19 

Le passage en stade épidémique ce 14 mars impose une limitation drastique des interactions afin d’atténuer la circulation active du virus sur le territoire français. Il est important de rappeler à vos patients qu’en cas de toux et/ou de fièvre, ils sont invités à rester au domicile. Le médecin traitant doit être appelé en première intention, les appels aux 15 étant réservés aux urgences médicales.

Restriction des soins

Afin de protéger les patients les plus vulnérables, la Direction Générale de la Santé appelle plusieurs catégories de professionnels de santé libéraux , dont les masseurs-kinésithérapeutes, à reporter leurs soins non urgents en cabinet ou à domicile. Cette mesure concerne tout particulièrement les patients de plus de 70 ans et/ou tout patient présentant un état de santé affaibli.

Coronavirus : qui sont les personnes fragiles ? Données Ministère des Solidarités et de la santé

Renforcement des mesures de restriction dans les EHPAD

Afin de limiter une propagation du virus chez les personnes les plus vulnérables, il est demandé aux professionnels de santé extérieurs aux EHPAD, dont les masseurs-kinésithérapeutes, de reporter les soins non essentiels. Il appartient à la direction de l’établissement en concertation avec les professionnels concernés de maintenir la continuité de certains actes ( ex : kinésithérapie respiratoire), jugés indispensables et/ou urgents.

Le principe de précaution impose une interdiction d’entrée à tout professionnel de santé présentant des symptômes de type respiratoire.

Service de garde scolaire

Le Ministère de l’Education Nationale propose un service de garde dédié aux enfants des personnels de santé. Ecoles maternelles, primaires et collèges mettent en place, dès le lundi 16 mars 2020, un accueil exceptionnel pour les enfants dont les parents sont mobilisés par cette crise sanitaire. Les professionnels de santé de ville sont concernés par cette mesure. Ces derniers devront, à l’entrée de l’établissement, présenter leur carte CPS.


13 mars 2020

Accès aux EHPAD pour les kinésithérapeutes :

De nombreux masseurs-kinésithérapeutes se sont vus refuser, ces derniers jours, l’accès aux EHPAD en raison des mesures restrictives de visite aux résidents. Les organisations représentatives de notre profession ont interpellé en ce sens La Direction Générale de la Santé et les Agences Régionales de Santé. Ces dernières confirment que les professionnels de santé, dont les masseurs-kinésithérapeutes, ne sont pas concernés par ces interdictions d’entrée. Il est rappelé l’importance d’une continuité des soins, particulièrement auprès des patients dont l’état de santé le nécessite. 

Modèle de courrier à transmettre, avec discernement, aux directions d’EHPAD par les masseurs-kinésithérapeutes concernés.

Réserve sanitaire – appel à mobilisation :

Dans ce contexte d’épidémie de coronavirus, les masseurs-kinésithérapeutes volontaires d’Auvergne Rhône-Alpes peuvent se faire connaître auprès de Santé Publique France afin d’intégrer la Réserve Sanitaire. Selon les besoins, vous pourrez intervenir en renfort à la demande l’ARS, d’un hôpital ou de toute structure officielle. Cet appel s’adresse en priorité aux confrères retraités depuis moins de cinq ans ou  ayant interrompu leur activité pour raisons personnelles. Les jeunes professionnels sont également appelés à se manifester afin de renforcer les effectifs.

Pour plus de renseignements : https://www.santepubliquefrance.fr/a-propos/nos-principes-fondateurs/reserve-sanitaire/etre-reserviste

  • Cliquez ici pour suivre l’actualité relative à l’évolution du COVID-19 en région Auvergne-Rhône-Alpes

Menu