La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) touche plusieurs millions de patients en France (prévalence entre 5 et 10%) et à droit chaque année, en novembre, à sa journée mondiale pour sensibiliser le public mais aussi le personnel soignant à cette pathologie encore trop méconnue.
Si la BPCO touche environ 2 millions de français, 2/3 ne savent pas qu’ils en sont atteints.
De plus, dans 80 % des cas, cette maladie est causée par le tabagisme.

Les kinésithérapeutes occupent une place de choix dans les acteurs thérapeutiques de la BPCO (recommandations de la SPLF).

Le désencombrement bronchique est sans doute le rôle le plus connu du kinésithérapeute dans cette prise en charge, mais il intervient également dans le reconditionnement physique souvent nécessaire dans les stades avancés de la maladie, dans la surveillance de l’aérosolthérapie, l’éducation à la santé, les atteintes musculo squelettiques et dans le sevrage tabagique.

Le 15 octobre 2018, l’AKCR (association de kinésithérapie respiratoire en Rhône-Alpes) organisait une conférence portant sur la prise en charge de la BPCO : « un enjeu pour l’avenir de la kinésithérapie respiratoire », en partenariat avec l’URPS des Masseurs-Kinésithérapeutes.

Retrouvez les interventions de Nicolas Parrot, Médecin conseil de la CPAM et de Didier Billet : Kinésithérapeute respiratoire, expert GT BPCO à la HAS.

Menu